C.J.F. EN COEUR DE SAINTONGE : site officiel du club de foot de TRIZAY - footeo

l'organisation du jeu

organisation du jeu:

 

L’organisation de jeu constitue la base de l’évolution des joueurs.

Elle répartit les rôles sur le terrain pour obtenir une efficacité de l’ensemble.

Il est bien évident qu’une équipe ne peut jouer sans une organisation collective.

Chaque joueur effectue un travail en fonction de celui des autres.

Son sens tactique lui permet de s’adapter pour résoudre les situations de jeu dans l’intérêt de l’équipe.

L’organisation de jeu évolue.

Les éléments varient et l’élévation du niveau technique, physique, tactique   des joueurs fait modifier les dispositions.

L’organisation de jeu s’adapte. Les équipes s’organisent en fonction des dominantes, en tenant compte de leurs propres valeurs ( qualités et faiblesses ) ainsi que de celles de l’adversaire.

Intuitivement, l’équipe joue en fonction de ses forces tout en protégeant ses faiblesses. L’entraîneur recherche à connaître les qualités et les faiblesses de son équipe pour en améliorer ses faiblesses, entretenir et perfectionner ses forces.

L’organisation du jeu est permanente alors que le plan de jeu ( tactique ) est temporaire et relatif à un seul match. Pour le joueur, elle correspond à une situation.

 

On attend d’une organisation bien construite qu’elle permette :

  • De couvrir rationnellement toute la largeur du terrain
  • D’occuper les espaces entre les joueurs adverses pour empêcher leur progression
  • De faire courir l’adversaire
  • De réduire les efforts physiques, les courses
  • D’accéder facilement au but adverse.

 

Pour répondre à ces hypothèses, le football moderne a développé la notion de bloc équipe et associé à ce bloc un système d’organisation.

L’intégration de ces notions par les joueurs demande un travail tactique important durant l’entraînement.

 

Le bloc équipe est une figure géométrique qui a pour limites l’ensemble des joueurs les plus éloignés de l’équipe en un instant précis.

Voir « Les notions de bloc équipe » sur notre site

 

Les observations montrent que les équipes qui gagnent ont un bloc dont les dimensions sont plus faibles que les équipes qui perdent. Les distances entre joueurs sont réduites.

 

1 / LES ORGANISATIONS


A /  Les systèmes de jeu

 

Ce sont les qualités des joueurs qui déterminent la forme de l’organisation leur permettant de s’exprimer le mieux.

L’occupation rationnelle du terrain détermine le poste, le placement sur terrain et la position en jeu, en fonction de la situation tactique.

Aujourd’hui les systèmes les plus utilisés sont le 4-4-2, le 4,3,3 et 3,5,2.

Le marquage individuel intégral est tombé en désuétude.

La défense à trois avec deux latéraux avancés au milieu est plus difficilement utilisable pour les équipes moyennes, que la défense à quatre.

Au milieu, les équipes avec un seul  défenseur sont dépassées et ne trouvent pas l’équilibre.

La vitesse des contres impose au moins deux joueurs dans ce secteur de jeu. Les équipes ne délaissent plus les couloirs qui deviennent important dans le jeu d’attaque.

Les animations offensives sont nombreuses mais le 4-4-2 avec deux joueurs excentrés est mis en place par un grand nombre d’équipes.

Le fait de posséder des joueurs polyvalents aux postes offensifs est un avantage considérable, car le jeu devient ainsi moins prévisible pour l’adversaire.

Certaines équipes utilisent trois attaquants, mais le plus souvent deux attaquants qui jouent soit l’un à côté  de l’autre, soit l’un derrière l’autre.

 

B / Les bases tactiques du jeu

 

1 / Les bases défensives :

C’est la recherche permanente d’une structure du jeu qui permet de placer un joueur dans une position pour reconquérir le ballon.

 

  • Les principes individuels 

La valeur de du défenseur est déterminée par son choix en fonction de l’aide que lui apportent ses partenaires par leurs couvertures et par son dédoublement ( repositionnement en couverture )

 

  • Les principes collectifs

Le but est de reconstituer constamment un barrage défensif devant le porteur du ballon adverse avec des joueurs qui sont en mouvement.

Ce barrage est fondé sur des lignes d’organisation : les attaquants, les milieux, les défenseurs.

La première ligne sert à retarder l’attaqua adverse, la seconde ligne constitue la ligne de harcèlement et d’interception, la troisième la ligne d’inhibition des attaques adverses.

La densité de joueurs sur chaque ligne dépend du système défini par l’entraîneur.

En phase dynamique, ces lignes sont menées à deux.

Il est important que chaque joueur comprenne que le dispositif est toujours mobile et qu’il doit constamment s’adapter.

Le dispositif change en fonction du ballon, du déplacement de l’adversaire et de la répartition des joueurs entre les lignes.

L’effort défensif collectif a pour objectif de constamment constituer un barrage de trois lignes.

Les joueurs qui s‘incorporent dans chaque lignes défensive adoptent une orientation générale dans leur course vers le possesseur du ballon pour lui enlever toute perception de profondeur.

Les principes défensifs collectifs qui dominent sont :

            La défense en zone, la défense individuelle, la défense mixte, la défense en ligne.

 

2 / Les bases offensives

C’est la recherche de pénétration par le joueur avec le ballon pour obtenir une progression vers le but adverse. Cette recherche est fonction du placement et du déplacement des partenaires. Le possesseur du ballon doit avoir le choix de la solution la plus efficace entre toutes celles qui lui sont proposées par ses partenaires.

Pour progresser, le porteur du ballon doit éviter les zones encombrées et rechercher le partenaire le plus apte à faire cheminer le ballon.

Les partenaires doivent être placés soit devant en mouvement en appel, soit sur le côté en appui, soit derrière en soutien.

Ces actes tactiques s’effectuent en mouvement au moment opportun, par une passe.

 

 

C/ Différentes organisations défensives

 

1 / Le marquage

 

Marquer un adversaire s’est prendre toutes les dispositions pour neutraliser son action à tout moment en employant les moyens autorisés par les lois du jeu.

 

Le défenseur qui effectue un marquage doit s’inspirer des règles suivantes :

  • Etre constamment en état d’alerte, surtout quand le ballon est éloigné
  • Toujours s’imposer physiquement sur son adversaire direct
  • Faire subir moralement sa présence
  • S’interposer entre l’adversaire et le but
  • Intercepter le ballon dès que l’occasion se présente
  • Ne pas se livrer totalement si on n’est pas couvert
  • Toujours garder une possibilité d’intervention, ne pas se faire éliminer définitivement.

 

Le marquage peut prendre les formes suivantes :

  • Intégral : le défenseur est prêt à intervenir dès que l’adversaire s’approche.
  • Surveillance : lorsque le ballon est éloigné, le défenseur surveille son adversaire direct tout en effectuant la couverture d’un partenaire ( être attentif ).
  • Couverture : le défenseur est placé en retrait ( couverture ) d’un partenaire engagé pour intervenir s’il y a lieu.
  • Dédoublement : le défenseur intervient au poste d’un partenaire éliminé.
  • Décrochage : le défenseur fait reculer l’adversaire pour s’approprier le ballon.
  • Recul-frein : le défenseur recule lentement devant un adversaire pour permettre un regroupement collectif.

 

La défense zone

 

Ce type de défense consiste à placer ou maintenir un bloc défensif entre le ballon et le but.

Le terrain est divisé en zones virtuelles.

Les joueurs occupent les zones et interviennent dès que le ballon rentre dans la zone.

Ils défendent en effectuant la surveillance sur l’adversaire et un marquage individuel dans leur zone respectée.

Le marquage devient de plus en plus serré à l’approche du but.

L’organisation présente toujours des lignes étagées dont la plus proche du ballon force les échanges.

Les autres lignes couvrent.

Les joueurs sont placés par rapport au ballon et au but.

Leur placement se modifie et le couvrement est animé en fonction du placement du ballon.

Dès l’élimination d’une ligne, une nouvelle ligne s’oppose à la à la progression du ballon et tente de le récupérer.

La défense en zone protège l’accès au but et rend les approches de l’adversaire difficiles.

Les défaillances individuelles sont compensées par un partenaire.

Elle permet l’interception car le joueur engagé se sait couvert.

La relance du jeu est favorisée par la multiplicité des solutions dès la récupération.

Néanmoins, l’initiative demeure à l’adversaire, son efficacité n’est probante que si l’on réduit les zones.

Cela entraîne une certaine passivité chez les joueurs loin du ballon.

Elle réclame une mobilité constante de tous les joueurs et favorise l’anticipation.

 

La défense mixte

 

La défense mixte combine les avantages de l’individuelle et de la zone.

Chaque joueur évolue dans sa zone et surveille le joueur qui y pénètre.

Le défenseur, dans sa zone, s’occupe d’abord de conquérir le ballon afin d’assurer la relance du jeu.

La couverture des partenaires n’est soutenue qu’en zone pour rechercher la supériorité numérique en défense.

Ce type de défense favorise la valeur du défenseur en lui laissant l’initiative du choix à effectuer.

 

La défense en ligne

 

La récupération du ballon est basée sur la mise en position de hors jeu des attaquants adverses.

Tous les défenseurs, dès la relance du jeu, avancent rapidement vers le milieu du terrain et s’alignent sur les arrières centraux.

La défense en ligne réclame de la vigilance et de la synchronisation entre tous les défenseurs : le déplacement d’un défenseur entraîne le déplacement des autres.

La ligne est efficace que si les défenseurs réagissent avec les mêmes automatismes.

Elle est vulnérable lorsque les attaquants sont des bons dribbleurs, sur les une-deux et lorsqu’un joueur part de derrière.

C’est un moyen pour combattre le jeu direct.

 

Comment l’entraîneur peut-il choisir parmi ces types de défense ?

Le choix d’une organisation défensive collective dépend :

  • De l’état d’esprit des défenseurs, de leur agressivité
  • Du choix des joueurs
  • De la qualité des joueurs
  • Des objectifs : obtenir un résultat, essayer de construire.

 

 

D / Organisation offensive

 

L’organisation collective de l’attaque concerne toute l’équipe mais  plus particulièrement les attaquants et les milieux.

Les milieux contribuent au développement et aux manœuvres.

Les attaquants sont chargés de conclure.

 

Organisation à deux attaquants

Deux attaquants l’un derrière l’autre :

  • L’attaquant le plus haut fixe la défense et tente d’écarter le bloc, l’autre tourne autour et profite des espaces.

Deux attaquants sur la même ligne :

  • Déplacement combiné des deux attaquants, l’un décroche côté ballon, l’autre dans l’espace libre. 

Un attaquant est nécessaire dans l’axe car il constitue un point d’ancrage.

Lorsqu’il tourne dans le dos à la défense, il peut revenir en contournant la défense dans l’espace libre.

 

Organisation à trois attaquants à l’attaque.

Un attaquant axial en position avancée.

Deux autres sont en position plus reculée, soit en position médiane, soit en position d’ailiers.

Suivant leurs positions dans le dispositif, les milieux participent à la remontée du ballon par les couloirs centraux.

Ce sont les deux défenseurs latéraux qui remontent le ballon dans les couloirs s’ils participent

Dans ce cas, l’ailier vient aider le défenseur.

 

2 / Passage de l’attaque à la défense et vice versa

 

A / Passage d’une position défensive à une position offensive

Récupération du ballon avec défense adverse dégarnie :

Le ballon doit arriver le plus vite possible devant le but adverse.

  • Par une action individuelle avec conduite de balle rapide dans l’espace libre
  • Par une passe longue en profondeur pour un partenaire qui s’engage dans l’espace libre.

L’équipe remonte rapidement pour apporter une supériorité numérique, occuper les espaces libres, soutenir le partenaire.

 

Récupération avec défense adverse organisée :

La progression du ballon doit être maîtrisée afin de désorganiser et déborder l’adversaire. Il faut donc :

  • Elargir le jeu vers les ailes, attirer les défenseurs pour les obliger à dégarnir l’axe du but
  • Faire des appels dans les espaces libres. La dernière passe doit placer l’attaquant en position de tir. Cette phase doit être rapide avec changement de rythme.

 

B / Passage d’une position offensive à une position défensive

L’adversaire récupère le ballon sur une défense organisée :

L’objectif consiste :

  • Retarder la progression du ballon sans se livrer ( zone press )
  • Reconstituer les lignes de défense avec occupation des postes vacants, sans se soucier de son rôle dans l’organisation.

 

L’adversaire récupère le ballon sur une défense organisée :

L’équipe doit reconquérir le ballon  soit par une action individuelle, soit par une action collective.

Le but est :

  • Faire jouer le porteur du ballon par le joueur de la zone
  • Rechercher la supériorité numérique en défense ( couverture, dédoublement )
  • Resserrer les espaces libres.

 

 

3 / Le déplacement des joueurs

 

Il m’a souvent été répété qu’en football les joueurs ne doivent pas courir, mais que c’est au ballon de remplir cette fonction. En réalité, il s’agit d’avancer en bloc en possession du ballon ; l’adversaire devra courir à la poursuite de ce qui est la base du football : le ballon  ( J.Cruyff )

 Les joueurs se déplacent sur le terrain pour attaquer ou pour défendre.

Les déplacements d’attaque englobent les appels ( déplacements vers le but ) et les appuis ( déplacements vers le ballon ).

Les déplacements défensifs intègrent les déplacements de couverture et de replacement défensif ( retour défensif ).

Les proportions de ces déplacements pour chaque joueur varient suivant leur poste, car opéré à l’avant n’est pas la même chose qu’évoluer derrière.

La géométrie des actions de jeu aux postes y est différente.

                                              Attaquants           Milieux         Défenseurs

Déplacements d’attaque             65%                  51%                38%

Déplacements de défense           35%                  49%                62%

 

Les observations démontrent que les quatre courses de base sont :

  • Course d’appel parallèle vers le but
  • Couse d’appel oblique vers le but
  • Course d’appui d’un joueur placé devant
  • Course d’appui d’un joueur placé sur le côté

 

Tout le problème de l’animation consiste à bien coordonner les courses et les passes.

 

4 / Commentaire

L’efficacité d’une équipe se construit à partir d’une organisation de base stable, comprise et acceptée par les joueurs. Une organisation n’est bien sûr jamais figée. Elle s’adapte et se module en fonction des matchs par les joueurs eux-mêmes.

Dans le football moderne, l’improvisation n’est plus de mise, les joueurs connaissent leur champ d’action et leur rôle. On peut le constater lors des grandes compétitions.

Les systèmes de jeu les plus utilisés sont les systèmes en 4-4-2 et en 3-5-2 mais un entraîneur doit choisir un système adapté à la capacité de ses joueurs, de façon à avoir un bloc qui soit serré et dont le centre de gravité se trouve en dessous de la ligne centrale.

RÉSULTATS DU WEEK-END

RESULTATS DU WEEK-END

cliquez sur le lien :

https://foot17.fff.fr/recherche-clubs/?scl=186398&tab=resultats

 

Tous les tournois